AME Banner

ATELIER DE RESTITUTION DES RESULTATS ETUDE ETAT DES LIEUX

DE L’ACCES A L’EAU POTABLE DANS LA COMMUNE DE MBOUDA

Lundi, 10/08/2020

 

Lundi, 10 Août 2020, est la date de la tenue de l’atelier de restitution des résultats de l’étude état des lieux, dans la commune de MBOUDA. Cette commune, a reçu la coordination du projet IDIDMAG-OUEST, dans l’objectif d’améliorer le niveau d’accès à l’eau des populations. La rencontre pour la mise à jour du cliché hydraulique de la commune de MBOUDA, a connu la présence du Maire monsieur WADJI François, du sous-préfet de l’arrondissement de MBOUDA, du délégué départemental du MINEE BAMBOUTOS, ainsi que la participation de plusieurs autorités traditionnelles et parties prenantes.

            La grande équipe de la coordination du projet IDIMA-OUEST, est arrivé dans la commune de MBOUDA sous l’accueil exceptionnel des membres de la municipalité. Après l’exécution de l’hymne nationale, les travaux de l’atelier vont débuter par le discours introductif du Maire de la commune de MBOUDA, monsieur WADJI François. Il n’a pas caché d’ailleurs sa joie de recevoir la restitution, des résultats de l’étude état des lieux, dans sa commune grâce au projet IDIMA-OUEST.

« Monsieur le délégué départemental de l’eau et de l’énergie, monsieur le chef service de district de santé de MBOUDA ici représenté, messieurs les chefs des quartiers, très chers participants, mesdames et messieurs ; c’est pour moi, un agréable plaisir, de prendre la parole dans cette salle de fête de notre commune, pour vous souhaiter un chaleureux bien venu. Comme vous Pouvez le constater, notre mobilisation témoigne le souci commun, que nous avons pour améliorer les conditions de vie de nos populations ».

Monsieur WADJI François,

Maire de la commune de MBOUDA

Après le discours du Maire de la commune de MBOUDA, la présentation de l’initiative IDIMAG-OUEST par le coordonnateur, monsieur NDONGMO NGUEGANG Beaudelin, va laisser place, au bureau d’étude SFE SARL, pour la mise au claire du cliché actualisé des d’ouvrages hydrauliques.

Sur 176 634 habitants que compte la commune de MBOUDA, 141 954 n’ont pas accès à l’eau potable. Soit 20%, le niveau d’accès en eau des populations. Un taux d’accès très faible, Lorsqu’on sait qu’il faut 300 habitants par point de puisage, une recommandation des normes sectorielles. Selon le coordonnateur du projet, s’il arrive que les ouvrages qui existent sur le territoire Sont réhabilités à terme, on pourra relever le taux apparent d’accès à l’eau de 50%. Dans la commune de MBOUDA. A cet effet, les recommandations ont été faites à la commune, de s’activer au niveau des études en vue de la réhabilitation, et de la mise en fonctionnement des ouvrages qui ne fonctionnent pas.

« Au sujet de ce travail que nous faisons, nous nous sommes rendu compte que, dans le budget communal, il y a une ligne qui est prévue pour la maintenance des ouvrages d’accès à l’eau. C’est la ligne 610, 106. La recommandation que nous donnons de manière spécifique est que, la commune de MBOUDA au cours de son budget de l’année 2021, renforce les ressources sur cette ligne, pour qu’elle permette à terme, de faire fonctionner de manière efficace et permanente, les services de gestion des points de puisage, les ouvrages qui ont été soient réhabilités, soient construites à nouveau ».

Monsieur NDONGMO NGUEGANG Beaudelin

Coordonnateur du projet

 La présence du délégué départemental du ministère en charge de l’eau et de l’énergie de BAMBOUTOS, est venu réconforter la position de la commune de MBOUDA, pour ce qui est de la mise en place d’un diagnostic, en vue de l’amélioration du niveau d’accès à l’eau des populations.

« À notre niveau, nous sommes entièrement disposés à accompagner la commune de MBOUDA, dans le diagnostic des ouvrages qui ne sont pas fonctionnels. Et nous sommes également disposés à accompagner la commune, dans l’animation des comités de gestion ».

Monsieur NJI MONGOU MOIFON ISSAH 

Délégué départemental du MINEE,  BAMBOUTOS

Pour ce qui est de l’accompagnement des communes de la région de l’Ouest, un outil de collecte des données sur les indicateurs 6.1 et 6.2 de l’ODD6, a été conçu pour permettre une mise à jour régulière, des informations sur le fonctionnement des ouvrage d’alimentations en eau potable.

Au terme de cet atelier de restitution, le Maire de la commune de MBOUDA a pris en compte les recommandations, faites par la coordination du projet IDIMAG-OUEST. Par ailleurs, le Maire n’a pas manqué de manifester sa gratitude, pour les travaux d’étude état des lieux, effectués par le Réseau Alliance pour la Maîtrise de l’Eau et de l’Energie, dans sa municipalité.

« Je dirais que nous avons été toujours très soucieux, de la mise à la disposition de la population, des possibilités d’accès à l’eau potable. Tous cela par ce que les forages que nous installons, a peine ils sont misent service, tombent en panne. Parfois, la possibilité de dépanner ne suit pas. C’est l’occasion pour moi de dire merci aux organisateurs de ce présent atelier, et de dire également que les grandes recommandations, que nous avons reçues à cette occasion, serons mise en pratique. Je croix que au vu de tous cela, nos populations pourront en fin avoir accès à de l’eau, surtout a de l’eau potable ».

 Monsieur WADJI François,

Maire de la commune de MBOUDA

Notons qu’après la restitution des résultats étude état des lieux, dans la commune de MBOUDA, suivra la commune de BABADJOU dans le BAMBPOUTOS. Et enfin la commune de BAFOUSSAM 3éme dans le département de la MIFI.

Rappelons que le projet IDIMAG-OUEST ; Initiative de Dialogue Multi-Acteurs, pour la Gouvernance de l’Eau dans la Région de l’Ouest Cameroun, est financé par le 11e Européenne de Développement grâce à la coopération Cameroun Union Européenne (POCIVIS).

BY : MANFOUO NGOUANA Frank

Communicateur ; A.M.E

 

 

 

ATELIER DE RESTITUTION DES RESULTATS ETUDE ETAT DES LIEUX,

DE L’ACCES A L’EAU POTABLE DANS LA COMMUNE DE BABADJOU.

Mardi, 11/08/2020

La commune de BABADJOU désormais à une idée claire sur le niveau d’accès à l’eau des populations. Une initiative du projet IDIMAG-OUEST ; initiative de dialogue multi-acteurs, pour la gouvernance de l’eau, dans le Région de l’Ouest Cameroun. Le Réseau Alliance pour la Maitrise de l’Eau et de l’Energie, avec ses partenaires, ont fait le déplacement dans la commune de BABADJOU, pour un atelier de restitution des résultats étude état des lieux. Cet atelier de restitution a eu lieu le 11 Août 2020, dans la salle de conférence de cette municipalité.

             Présidé par madame TSANGUE Gisèle ; Maire de la commune de BABADJOU, cette restitution, a connu la participation d’abord, des autorités administratives et traditionnelles, en suite la participation des parties prenantes et partenaires, et enfin la présence des populations bénéficiaires.  La Commune Rural de BABADJOU, a été créée par le décret N° 93/321 du 25 Novembre 1993. Plus tard, le décret N° 2007/112 du 20/04/2007, lui confère l’appellation de : Commune de BABADJOU. Situé sur une zone de montagne, elle dispose d’un relief très accidenté, influencé par le volcan du Mont BAMBOUTOS. Placé sur une superficie de 170 km2, la municipalité de BABADJOU compte aujourd’hui près de 54 272 habitants.

               

Selon le résultat du rapport étude état des lieux, effectué par le bureau d’étude SFE SARL, il ressort que ; Sur 149 points de puisage qui existent dans la commune de BABADJOU, 44 points seulement fonctionnent. Ce qui fait un taux d’accès à l’eau potable de 24% ; un pourcentage faible, lorsqu’on sait que sur 54 272 personnes qui habitent la commune de BABADJOU, 41 281 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Nous avons des exemples concrets notamment : Les villages BAMEDJI, BAMEGNIA, BACHUA, MANTSET et BAWA, qui ont un taux d’accès à l’eau potable médiocre.

« Actuellement, nous avons appris par le projet IDIMAG, que le taux d’accès à l’eau potable ici à BABDJOU est à 24%. C’est un chiffre dérisoire, qui reflète la réalité par ce que, nous vivons à BABADJOU et surtout en saison sèche, nous n’avons presque pas d’eau. Donc nous sommes obligés de sauver Ce bassin qui donne de l’eau aux populations. Car le problème qui se pose est que, les populations y sont installées, et y font de la culture. Dès lors, l’eau est détournée des zones de captages, vers les plantations et va servir pour arroser les cultures. Il est difficile de leurs faire partir de là par ce qu’ils veulent vivre. Mais il faut trouver une solution ; et la solution que nous saluons, est de déclarer ces abords des zones de captage, comme zone a utilité publics, avec la délocalisation des populations vers les zones appropriées. Déjà pour avoir de l’eau en quantité suffisante, mais aussi en qualité ».

Mme TSANGUE Gisèle

Maire de la Commune de BABADJOU

  En plus des problèmes liés à l’exploitation de l’eau, des zones de captage vers les plantations, il demeure celui du relief qui, ne favorise pas l’accès à l’eau potable en saison sèche.

« BABADJOU a un sérieux problème d’accès à l’eau potable. Et plusieurs causes sont à l’origine ; notamment l’environnement et le relief, qui ne permettent pas que la population ait de l’eau de manière constante. Avec les assèchements pendant la saison sèche. Le bureau d’étude a fait les calculs, et nous a dit que, sur la population de BABADJOU, voilà le nombre estimatif des populations, qu’on peut estimer avoir accès à l’eau potable. C’est vrai que les populations trouvent de l’eau à boire, mais à quelle condition ? Quand vous parcourez déjà une très longue distance, on ne considère pas que vous avez accès à l’eau ».

DONGMO NGUEGANG Beaudelin.

Coordonnateur du projet

           Par ailleurs, nous notons également les problèmes liés à la maintenance des ouvrages. Nous avons entre autre, l’indisponibilité et ou mauvais matériels de conception et de rechange. Pour faire face aux difficultés rencontrés, les acteurs de l’eau ont reçu quelques recommandations.

           D’abords, aux sectoriels de ; veiller au respect de la règlementation en matière : d’attribution, de réalisation des marchés publics, de protection et d’exploitation des ouvrages d’eaux. Ensuite, à la commune de ; doter et de former les services agréer à l’utilisation des outils de suivi de l’ODD6. Et en fin, à la population de s’approprier l’ouvrage et l’utiliser, en veillant à l’assainissement des environs, participer aux réunions des comités de gestion, payer ses cotisations et encourager les services de maintenance.

           C’est sur ces recommandations, que madame TSANGUE Gisèle ; Maire de la commune de BABADJOU, a exprimé sa fierté face à la disponibilité des participants, à ce présent atelier de restitution.

« Vous comprenez que quand vous voyez une personne qui fait son travail avec amour, et s’y donne entièrement, c’est un peu plus du travail. Alors je remercie le coordonnateur du projet IDIMAG-OUEST, et je remercie également le sous-préfet de BABADJOU ici représenté. Nous reconnaissons que l’autorité administrative n’a Jamais été loin, des activités liées au développement de la commune de BABADJOU. Je salue aussi la présence de nos parents, chefs traditionnels, chefs d’entreprises, qui sont là et qui ont laissé la plupart de leurs activités, pour être présent à cet atelier de restitution ».

Mme TSANGUE Gisèle

Maire de la Commune de BABADJOU

    Rappelons que ce projet est financé par le 11e Fond Européen de Développement, grâce à la coopération Cameroun-Union Européenne (PROCIVIS). IDIMAG-OUEST, une coordination du Réseau Alliance pour la Maîtrise de l’Eau et de l’Energie.

 

BY : MANFOUO NGOUANA Frank

Communicateur ; A.M.E

 

 

 

 

 

 

 

 

FORMATION DES POINTS FOCAUX COMMUNAUX SUR L’UTILISATION EFFICIENTE ET DURABLE,

DES OUTILS DE COLLECTE, DE SUIVI DES DONNEES SUR

LES INDICATEURS 6.1 ET 6.2 DE L’ODD6.

BAFOUSSAME ; MARDI 20 OCTOBRE 2020

« Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable », c’est le postulat des Nations Unies, formulé pour le sixième Objectif, de développement Durable (ODD6), lié à l’eau potable.

 L’Association GHI : GREEN HEART INTERNATIONAL, motivée par ce postulat a organisé dans le cadre du projet IDIMAG-OUEST, une séance de formation, a l’effet de renforcer les capacités des Points Focaux Communaux, sur l’utilisation de l’outil de collecte des données, de suivi sur les indicateurs 6.1 et 6.2 de l’ODD6. La formation a eu lieu le Mardi 20 Octobre 2020, au secrétariat permanant du Réseau AME ; Alliance pour la Maîtrise de l’Eau et de l’Energie, qui assure d’ailleurs la coordination du projet.

Après les restitutions des résultats étude état des lieux, de l’accès à l’eau de boisson dans les 06 Communes cible du projet, les Points Focaux Communaux désormais, doivent être à jour dans l’utilisation de l’outil de collecte des données. C’est d’ailleurs l’objectif de cette formation, qui a permis à GREEN HEART INTERNATIONAL, de renforcer les capacités des points focaux, afin de permettre aux Communes d’améliorer leurs taux d’accès à l’eau potable des populations.

« Merci de l’opportunité que vous m’offrez pour m’exprimer. Pendant cette séance de formation, nous avons renforcer les capacités des Points Focaux, des différentes Communes cibles ; Notamment : les Communes de Bafoussam 1er et Bafoussam 3ème , dans le département de la MIFI, les Communes  BABADJOU,  MBOUDA dans le département de BAMBOUTOS, les Communes de KOUOPTAMO et KOUTABA dans le Département du Noun. Après avoir fait les études état des lieux de la situation de l’accès à l’eau potable dans ces municipalités, il était important pour nous de se rassurer que les différents Points Focaux Communaux, sont suffisamment outillés pour mieux manier, l’outil de collecte des données et de suivi, sur les indicateurs 6.1 et 6.2. De l’ODD6. C’est la raison pour laquelle nous étions là aujourd’hui ».

Monsieur NJI MONGOU MOIFON ISSAH 

Vice-président de l’Association GHI  

Les indicateurs 6.1 et 6.2. DE L’ODD6, se déclinent en 6 différentes cibles dont celles en rapport avec l’exploitation des ressources naturelles et la protection de l’environnement, sont exprimées ainsi qu’il suit : « D’ici à 2030, faire en sorte que les ressources en eau soient utilisées, beaucoup plus efficacement dans tous les secteurs, et garantir la viabilité des prélèvements et de l’approvisionnement en eau douce, afin de remédier à la pénurie et de réduire nettement, le nombre de personnes qui manquent d’eau ».

            Pour cela, il était important pour les Points Focaux Communaux, lors de cette séance de formation, de s’assurer de la maîtrise des techniques de collecte, et de remplissage des données dans la fiche de l’outil, afin de faciliter la politique des Maires, dans l’approvisionnement des pompes en eaux géré de façon durable.

« L’avantage est que non seulement cette formation, va nous faciliter la tâche sur le terrain dans la collecte des données, mais aussi, elle va faciliter la politique des Maire dans l’approvisionnement de l’eau potable à leurs populations. Comme le dit bien un dicton « l’eau c’est la vie », si les Maires voudront alors que leurs populations vivent bien, il est important pour nous Points Focaux, de maitriser comment relever facilement les données sur le terrain, et de les inscrire dans la fiche de l’outil, Afin de connaitre combien d’ouvrages d’eaux existent dans les communes. Juste à travers l’outil de collecte, savoir combien d’ouvrages fonctionnent, et combien sont en pannes ».

Points Focaux Communaux des différentes Communes cibles du projet

Pa r ailleurs, l’utilisation efficiente et durable de l’outil de collecte, de suivi des données sur les indicateurs, 6.1 et 6.2 de l’ODD6, va permettre aux Communes à la fin du projet, de faire elle-même les misent à jour sur la situation de l’accès à l’eau de boisson.

« Par le passé, nous avons réalisé beaucoup de projets similaires, dont l’objectif était d’aller sur le terrain, évaluer la situation de l’accès à l’eau potable en un temps précis. Sauf que la fonctionnalité des ouvrages est dynamique, donc elle varie avec le temps. C’est pour cela que, dans le cadre du projet IDIMAG-OUEST, nous avons estimé intégrer ces outils de collecte. Maintenant, le fait que nous ayons des Points Focaux spécialisés dans la gestion de ces outils, est un avantage incommensurable dans ce sens que, à la fin du projet, les Maires pourront elle-même se prendre en charge. De manière concret, à l’instant T et à tout moment, chaque Communes va à travers la fiche de l’outils, avoir la liste de tous les ouvrages d’eau qui ne fonctionnent pas, et le taux d’accès à l’eau de boisson, dans son espace communal ».

 Monsieur NJI MONGOU MOIFON ISSAH 

Vice-président de l’Association GHI : GREEN HEART INTERNATIONAL

Après la formation des Points Focaux Communaux, la coordination du projet compte accompagner les Communes, dans le renseignement de l’outil de collecte des données, et coordonné l’action auprès des délégué Départementaux du ministère de l’Eau et de l’Energie. Afin de présenter ces données collectées, à la première rencontre des acteurs de l’eau, qui aura lieu en Janvier 2021.

« La suite des activités du projet de manière globale, consiste à accompagner les Communes, plus spécifiquement les Points Focaux, pour savoir comment ils renseignent leurs formations sur le terrain, et pour coordonner aussi l’action auprès des délégués départementaux. Par ce qu’en fin de compte, ces données vont être restituées lors de la première rencontre des Acteurs de l’Eau, qui aura lieu en Janvier 2021. Et cela va permettre de savoir quel est la situation d’accès à l’eau dans chacune des Communes ».

Monsieur DONGMO NGUEGANG Beaudelin 

Coordonnateur du projet 

Pour la réussite du projet IDIMAG-OUEST ; Initiative de Dialogue Multi-Acteurs pour la Gouvernance de l’Eau dans la Région de l’Ouest, le rôle des sectoriels plus précisément celui du ministère de l’eau et de l’énergie, est mentionné en majuscule, dans l’encadrement des Communes, notamment les Points Focaux. En ce qui concerne la collecte des données sur les indicateurs, et l’accompagnement de toutes les parties prenantes, dans la synthèse de l’information.

« Déjà dans le projet IDIMAG-OUEST, nous sectoriels plus précisément le ministère de l’eau et de l’énergie nous accompagnons les communes dans la gestion de l’outil de collecte. Par la suite nous accompagnons toutes les parties prenantes dans la synthèse de tous les rapports. Concernant la séance de formation qui vient de s’achever, déjà le travail effectué au préalable est intéressant. C’est une base efficace pour l’administration et les Communes ».

Monsieur SADEU TALLA Boris Franklin 

 DDEE département de la MIFI 

Rappelons que cette séance de formation, a connu la présence des parties prenantes, notamment ; l’Association CEPDEL Agri, les délégués départementaux de la MIFI, de BAMBOUTOS, et du NOUN. IDIMAG-OUEST ; Initiative de Dialogue Multi-Acteurs pour la Gouvernance de l’Eau dans la Région de l’Ouest Cameroun, est un projet qui s’inscrit dans le cadre du Programme d’Appui à la Citoyenneté Active (PROCIVIS), grâce à la coopération Cameroun-Union Européenne.

 Le projet est financé par le 11eme FOND Européenne de Développement. IDIMAG-OUEST, est placé sous la coordination du Réseau AME : Alliance pour la Maîtrise de l’Eau et de l’Energie.

 

BY:   MANFOUO NGOUANA Frank

JOURNALISTE-COMMUNICATEUR CONSULTANT

 

Nous avons 109 invités et aucun membre en ligne

Secrétariat Permanent

B.P: 1354 Tamdja, Bafoussam, Cameroun

Tél/fax : (+237) 33 44 58 82 / 99 57 74 52

Email: ame.adeid@gmail.com

Site Web: www.rs-ame.org