AME Banner

ATELIER DE RESTITUTION DES RESULTATS ETUDE ETAT DES LIEUX,

DE L’ACCES A L’EAU POTABLE DANS LA COMMUNE DE BABADJOU.

Mardi, 11/08/2020

La commune de BABADJOU désormais à une idée claire sur le niveau d’accès à l’eau des populations. Une initiative du projet IDIMAG-OUEST ; initiative de dialogue multi-acteurs, pour la gouvernance de l’eau, dans le Région de l’Ouest Cameroun. Le Réseau Alliance pour la Maitrise de l’Eau et de l’Energie, avec ses partenaires, ont fait le déplacement dans la commune de BABADJOU, pour un atelier de restitution des résultats étude état des lieux. Cet atelier de restitution a eu lieu le 11 Août 2020, dans la salle de conférence de cette municipalité.

             Présidé par madame TSANGUE Gisèle ; Maire de la commune de BABADJOU, cette restitution, a connu la participation d’abord, des autorités administratives et traditionnelles, en suite la participation des parties prenantes et partenaires, et enfin la présence des populations bénéficiaires.  La Commune Rural de BABADJOU, a été créée par le décret N° 93/321 du 25 Novembre 1993. Plus tard, le décret N° 2007/112 du 20/04/2007, lui confère l’appellation de : Commune de BABADJOU. Situé sur une zone de montagne, elle dispose d’un relief très accidenté, influencé par le volcan du Mont BAMBOUTOS. Placé sur une superficie de 170 km2, la municipalité de BABADJOU compte aujourd’hui près de 54 272 habitants.

               

Selon le résultat du rapport étude état des lieux, effectué par le bureau d’étude SFE SARL, il ressort que ; Sur 149 points de puisage qui existent dans la commune de BABADJOU, 44 points seulement fonctionnent. Ce qui fait un taux d’accès à l’eau potable de 24% ; un pourcentage faible, lorsqu’on sait que sur 54 272 personnes qui habitent la commune de BABADJOU, 41 281 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Nous avons des exemples concrets notamment : Les villages BAMEDJI, BAMEGNIA, BACHUA, MANTSET et BAWA, qui ont un taux d’accès à l’eau potable médiocre.

« Actuellement, nous avons appris par le projet IDIMAG, que le taux d’accès à l’eau potable ici à BABDJOU est à 24%. C’est un chiffre dérisoire, qui reflète la réalité par ce que, nous vivons à BABADJOU et surtout en saison sèche, nous n’avons presque pas d’eau. Donc nous sommes obligés de sauver Ce bassin qui donne de l’eau aux populations. Car le problème qui se pose est que, les populations y sont installées, et y font de la culture. Dès lors, l’eau est détournée des zones de captages, vers les plantations et va servir pour arroser les cultures. Il est difficile de leurs faire partir de là par ce qu’ils veulent vivre. Mais il faut trouver une solution ; et la solution que nous saluons, est de déclarer ces abords des zones de captage, comme zone a utilité publics, avec la délocalisation des populations vers les zones appropriées. Déjà pour avoir de l’eau en quantité suffisante, mais aussi en qualité ».

Mme TSANGUE Gisèle

Maire de la Commune de BABADJOU

  En plus des problèmes liés à l’exploitation de l’eau, des zones de captage vers les plantations, il demeure celui du relief qui, ne favorise pas l’accès à l’eau potable en saison sèche.

« BABADJOU a un sérieux problème d’accès à l’eau potable. Et plusieurs causes sont à l’origine ; notamment l’environnement et le relief, qui ne permettent pas que la population ait de l’eau de manière constante. Avec les assèchements pendant la saison sèche. Le bureau d’étude a fait les calculs, et nous a dit que, sur la population de BABADJOU, voilà le nombre estimatif des populations, qu’on peut estimer avoir accès à l’eau potable. C’est vrai que les populations trouvent de l’eau à boire, mais à quelle condition ? Quand vous parcourez déjà une très longue distance, on ne considère pas que vous avez accès à l’eau ».

DONGMO NGUEGANG Beaudelin.

Coordonnateur du projet

           Par ailleurs, nous notons également les problèmes liés à la maintenance des ouvrages. Nous avons entre autre, l’indisponibilité et ou mauvais matériels de conception et de rechange. Pour faire face aux difficultés rencontrés, les acteurs de l’eau ont reçu quelques recommandations.

           D’abords, aux sectoriels de ; veiller au respect de la règlementation en matière : d’attribution, de réalisation des marchés publics, de protection et d’exploitation des ouvrages d’eaux. Ensuite, à la commune de ; doter et de former les services agréer à l’utilisation des outils de suivi de l’ODD6. Et en fin, à la population de s’approprier l’ouvrage et l’utiliser, en veillant à l’assainissement des environs, participer aux réunions des comités de gestion, payer ses cotisations et encourager les services de maintenance.

           C’est sur ces recommandations, que madame TSANGUE Gisèle ; Maire de la commune de BABADJOU, a exprimé sa fierté face à la disponibilité des participants, à ce présent atelier de restitution.

« Vous comprenez que quand vous voyez une personne qui fait son travail avec amour, et s’y donne entièrement, c’est un peu plus du travail. Alors je remercie le coordonnateur du projet IDIMAG-OUEST, et je remercie également le sous-préfet de BABADJOU ici représenté. Nous reconnaissons que l’autorité administrative n’a Jamais été loin, des activités liées au développement de la commune de BABADJOU. Je salue aussi la présence de nos parents, chefs traditionnels, chefs d’entreprises, qui sont là et qui ont laissé la plupart de leurs activités, pour être présent à cet atelier de restitution ».

Mme TSANGUE Gisèle

Maire de la Commune de BABADJOU

    Rappelons que ce projet est financé par le 11e Fond Européen de Développement, grâce à la coopération Cameroun-Union Européenne (PROCIVIS). IDIMAG-OUEST, une coordination du Réseau Alliance pour la Maîtrise de l’Eau et de l’Energie.

 

BY : MANFOUO NGOUANA Frank

Communicateur ; A.M.E

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons 12 invités et aucun membre en ligne

Secrétariat Permanent

B.P: 1354 Tamdja, Bafoussam, Cameroun

Tél/fax : (+237) 33 44 58 82 / 99 57 74 52

Email: ame.adeid@gmail.com

Site Web: www.rs-ame.org